Qui est Atari ?
0

Qui est Atari ?

Juil 21 Atari  

Cela surprendra bon nombre de joueurs âgés de plus de trente ans, mais beaucoup ne savent pas vraiment qui est Atari, qui lance l’Ataribox. Nous avons pensé qu’un petit point sur l’histoire de cette entreprise, légende dans le jeu vidéo, s’imposait.

Pourquoi dit-on qu’Atari est légendaire ?

La réponse tient en quelques mots : Atari à contribué largement à ce qu’est le jeu vidéo aujourd’hui. Avec d’autres, elle a fondé l’industrie du gaming telle que nous la connaissons. Vous connaissez « Pong », l’un des premiers jeux vidéo sur arcade ? C’est Atari qui l’a commercialisé dans les années 70. Après le succès phénoménal de ce jeu, Atari a édité d’autres titres comme Breakout, Asteroids ou encore Missile Command. Dans les années 70-80, Atari est la référence dans le jeu vidéo notamment grâce aux consoles de salon Atari 2600 et Atari 5200 et un acteur puissant du monde informatique grâce à ses ordinateurs personnels.

De légende aux oubliettes

Dans le milieu des années 80 Atari édite et développe encore quelques grands classiques du jeu vidéo comme Gauntlet, Marble Madness ou encore Paperboy, tous sur bornes d’arcade, mais le miracle commence à prendre du plomb dans l’aile alors que la société ne cesse d’être divisée (les branches arcade, informatique et consoles de jeu sont séparées), revendue par petits bouts, reprise puis renommée, par moment le nom Atari ne sera même plus utilisé. Finalement, après avoir vu passer dans son capital ou à sa tête des noms comme Warner Bros, Namco, Hasbro ou encore Infogrames, la société devient française justement après avoir été rachetée par ces derniers. En janvier 2013 c’est la banqueroute officielle et 6 mois plus tard une grande vente aux enchères a lieu où plusieurs centaines de licences sont éparpillées et revendues à différents éditeur. En fin d’année, Atari SA réussit à reprendre le contrôle de ses deux filiales et se lance dans le casino début 2014.

Atari sort la tête de l’eau et (re)devient rentable

Depuis 2013 c’est Fredéric Chesnais qui est à la tête d’Atari SA, elle même maison mère de Atari Inc (division jeux vidéo) et Atari Interactive (division informatique), après un retour avec succès grâce à sa plateforme de jeu à argent réel (Atari Casino), il décide de miser sur les licences que possède Atari et le jeu mobile social pour relancer l’entreprise. Grâce à des jeux comme Alone in the Dark : Illumination, la série des Roller Coaster Tycoon ou encore Lunar Lander sur mobile, Atari réussit à redevenir rentable en 2016 et peut enfin réfléchir à créer. Comme vous le savez Atari souhaite désormais renouer avec le monde du jeu vidéo matériel grâce à son Ataribox, annoncée officiellement en juillet 2017.

Les jeux et licences qu’on doit (au moins en partie) à Atari

Voici une liste non exhaustive des licences qui, sans Atari, n’auraient soit pas vu le jour, soit pas été éditée à grande échelle :

  • Alone in the Dark
  • Unreal (les jeux et le moteur)
  • Dragon Ball Z: Budokai
  • Driver 1 et 2
  • Roller Coaster Tycoon
  • ArmA (aux USA)
  • The Witcher
  • EVE Online
  • etc.

A propos Atari

Commenter cet article

Type your name
Type your email
Website url
Type your comment